À première vue, Noël est une fête universelle : on réunit sa famille, ses amis autour d’un long (très long, trop long ?) repas, on s’échange des cadeaux, il fait froid, on décore nos maisons, on est tous heureux. C’est vrai ça, à Noël tout le monde semble toujours heureux, on parle même « d’esprit de Noël ». Comme si c’était une période de l’année où tout le monde avait le même esprit, où la joie, l’enfance, l’amour et la fête se trouvent à tous les coins de rues, partout, chez tout le monde le temps de quelques jours. Et si cette vision de Noël n’était que la nôtre ? Vous  êtes vous déjà demandé comment c’est « ailleurs » ? Si vous ne vous êtes jamais posé cette question alors tant pis, j’y réponds quand même et je vous emmène en Islande !

En Islande, ils fêtent depuis longtemps (et comme beaucoup d’autres pays) le solstice d’hiver qui a lieu le 21 décembre. Il s’agit du jour le plus court de l’année et c’est d’ailleurs de cette festivité que remonteraient les origines de Noël… Bref ! Les Vikings avait donc mis en place cette fête, une période sans fin (enfin si, mais ça durait treize jours quand même !) : repas, cadeaux, alcool, danse, chanson… Noël quoi. Aujourd’hui, cette tradition est restée très ancrée, : les festivités durent toujours 13 jours là-bas (et on se plaint de nos fêtes à rallonge et des kilos pris en quelques jours chez nous…).
Noël y commence donc le 12 décembre pour s’achever le 6 janvier : fête, repas, rencontre, danse… s’enchaînent pendant deux semaines. L’esprit de Noël présent du début à la fin !

L’arbre est décoré en famille le 23 décembre, le 24, la famille proche partage le repas traditionnel : le Hangikjöt et la Kjötsupa (à base de mouton), le Hamborgarhryggur (un rôti de porc), le Rjupa (de la perdrix…) et le Laufabrauo (une galette de pain).. Le 25 décembre, on invite la famille plus éloignée (vous savez les grands-oncles et grandes tantes un peu relou) et le 26 est réservé aux amis !

Les autres jours sont aussi des jours de fête, mais le 31 décembre, le soir où nous buvons à profusion (du jus de fruit…) est considéré comme une nuit magique en Islande : les légendes racontent que les vaches parlent, les phoques se transforment en humains, les morts sortent de leur tombe (oui, ils font Halloween en même temps), et les elfes déménagent.
On en viendrait presque à se demander ce qu’ils mettent dans leur thé… Mais c’est la magie de Noël… Pendant ce temps, les Islandais font la fête et le pays est éclairé de feux d’artifices ! Pour clôturer cette période festive (le 6 janvier, donc, si vous suivez), les habitants font la fête à base de danse elfique et de feux de joie.

La manière de fêter cette période n’est pas la seule chose différente entre notre pays et l’Islande. En effet, on parle beaucoup du père Noël. Vous savez ce vieux monsieur avec une longue barbe blanche habillé de rouge qui se promène en traîneau et distribue des cadeaux. Eh bien apprenez qu’en Islande, il est presque obsolète : en effet là-bas, on y trouve les Yule !

On a tous entendu nos parents dire « si tu n’es pas sage, tu n’auras pas de cadeau, mais une orange » (ou une patate en fonction des familles…) mais franchement l’un de vous a-t-il déjà reçu autre chose qu’un cadeau ? Alors que je suis sûre que nous, enfin vous, êtes nombreux à ne pas avoir toujours été des anges…

On trouve donc les 13 trolls de Noël : les Yule. Selon la légende, ils ont pour objectif de terroriser les enfants. Les Yule sont les enfants de l’ogresse Grýla et de l’ogre Leppalúði. Avec leur chat, Jólaköttur (= chat de Noël), ils chassent les enfants ne portant pas de vêtements neufs au moment de Noël pour les manger. C’est pourquoi de nombreux enfants, encore aujourd’hui, reçoivent des vêtements en guise de cadeaux. Donc point de traîneau, de rennes et de vieux bonhomme…
Les 13 lutins descendent un par un à partir du 12 décembre et restent chacun 13 jours pour terroriser et jouer de vilains tours dans les villes islandaises.

Nous retrouvons donc :

– Stekkjastaur : qui rend les moutons fous en essayant de téter les brebis,
– Giljagaur : le voleur de lait,
– Stúfur : qui finit les restes des repas dans les cuisines,
– Þvörusleikir : qui lèche les cuillères en bois,
– Pottasleikir : qui lèche casseroles et marmites,
– Askasleikir : se cache sous les lits pour finir les gamelles des animaux posées au sol (ou celle des enfants, chacun fait ce qu’il veut),
– Hurðaskellir : empêche les gens de dormir en claquant les portes,
– Skyrgámur : mange continuellement du fromage blanc.

(Je sais que vous n’avez pas essayé de lire un seul des noms).

-Bjúgnakrækir : mange toutes les saucisses qu’il trouve,
-Gluggagægir : vole les jouets des enfants,
-Gáttaþefur : renifle sous les portes et chipe ce qui sent bon,
-Ketkrókur : essaye d’attraper des morceaux de viande par la cheminée,
-Kertasníkir : vole et éteint les bougies dans les maisons.

Pendant ces 13 jours de farce les trolls déposent aussi des petites sucreries et des cadeaux dans les chaussettes des enfants posés sur les rebords des fenêtres (ou des patates s’ils n’ont pas été sages) !

Pas si vilain que ça ces petits trolls de Noël !

Gleðileg jól à tous !

Alexandra Puillandre

Source image :
https://www.islande24.fr/2014/10/noel-en-islande.html
#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #CARNETS DE VOYAGE
#Les commentaires sont clos