Bonjour à toutes et à tous,
Je m’appelle Audrey, je suis militante à l’UNEF, et je vous présente les élections étudiantes du 6 au 10 décembre pour choisir nos représentant·e·s étudiant·e·s auprès du CROUS.
Un représentant, c’est un étudiant comme vous qui va siéger dans le conseil qui dirige le CROUS pour prendre des décisions nationales (qui peut bénéficier ou non de la formule à 1€, qui s’occupe du versement des bourses, …) et au niveau local (ces conseils décident du montant des loyers en résidence universitaire, de leur rénovation, du prix des repas à la cafet’, …)
Cette année, les enjeux sont de taille . En effet, c’est la première fois que tou·te·s les étudiant·e·s de France sont appelé.e.s à voter en même temps sur leurs conditions de vie. Après un an et demi de galère, c’est une chance unique de nous faire entendre ! Nous avons donc lancé depuis plusieurs semaines une grande consultation étudiante afin d’identifier les priorités étudiantes pour ces élections.

Aujourd’hui je vous présente notre projet. Celui-ci s’appuie sur ces résultats et part d’un constat simple : si la moitié d’entre nous se salarient, si nous devons organiser des distributions alimentaires à l’UNEF, si certains doivent sauter des repas ou ne pas chauffer chez eux, c’est parce que notre système de bourse fonctionne très mal. Il est :

• Insuffisant : même en touchant le montant maximum de la bourse, on reste en dessous du seuil de pauvreté.
• Injuste : 73% d’entre nous ne sommes pas boursier·ère·s.
• Infantilisant : tout repose sur les revenus de nos parents, or nous ne vivons pas avec leur carte bleue.
• Incohérent : l’État dépense autant d’argent dans ce système de bourse que dans les exonérations d’impôts pour aider les familles riches ayant des enfants dans l’enseignement supérieur.

Notre consultation le montre aussi : 64% des étudiant·e·s ayant répondu considèrent que le système de bourse n’est pas égalitaire. Et le premier critère à faire évoluer d’après cette même consultation, ce sont les revenus des parents et ensuite la nationalité.
Pour toutes ces raisons, l’UNEF porte un projet ambitieux pour réformer ce système, qui est celui de l’allocation d’autonomie : chaque étudiant recevrait une bourse d’un montant suffisant pour vivre et, surtout, qui ne dépendrait NI des revenus de nos parents NI de notre nationalité !
Bien sûr, on ne s’arrête pas là. Nous, ce qu’on exige, c’est un statut social et écologique pour les jeunes en formation. Être étudiant·e·s doit être générer des droits :

• Un droit au logement qui repose notamment sur la construction et la rénovation (et surtout énergétique pour ne plus avoir froid) de logements CROUS.
• Un droit à la restauration qui repose sur le retour du repas à 1€ pour tou·te·s
• Un droit à la santé et au transport

À ce statut doivent aussi s’ajouter aussi des mesures immédiates pour faire face à la précarité mais aussi des mesures pour lutter contre les discriminations et pour la transition écologique. Je vous invite à regarder tout le détail sur notre tract ou sur la profession de foi que vous avez reçue par mail.
Alors, je sais que l’on est en période d’élections présidentielles et que l’on connaît toutes et tous les fausses promesses. C’est justement pour ça qu’il faut voter UNEF : parce qu’on ne fait aucune promesse. Ce que je viens de vous présenter, ce ne sont pas des promesses électorales mais des batailles que nous allons mener. Il faut avoir en tête que nos représentant·e·s ne décideront pas de tout : nous ne sommes pas le gouvernement, il faut donc à nos élu·e·s une stratégie. Notre stratégie se résume en trois mots : ne rien lâcher ! Mais on peut la découper en 5 étapes :

1) Des actions concrètes contre la précarité : on fait circuler une pétition pour réformer les bourses depuis près d’un an, on a fait des rassemblements, des mobilisations, …
2) La consultation étudiante dont je viens de vous parler pour identifier et mettre en avant les préoccupations majoritaires des étudiant·e·s.
3) Ce sera le moment du vote aux élections CROUS.
4) Si ce vote est massif pour l’UNEF, nous nous appuierons dessus pour imposer des mesures immédiates : augmenter les bourses de 100€/mois pour chaque étudiant·e·s et revoir les critères pour augmenter le nombre de boursier·e·s.
5) Nous exigerons l’ouverture de concertations pour une allocation d’autonomie effective en 2023.

A l’UNEF, on a donc un projet et un plan : on a besoin de vous pour le réaliser ! Nous sommes les seuls à l’avoir : c’est ce qu’on appelle la démarche syndicale et elle a déjà porté ses fruits !
Ainsi, l’UNEF, c’est l’organisation qui s’est battue pour réduire le prix du repas au restaurant universitaire. D’abord, nous avons obtenu le repas à 1 euro pour les boursier·e·s puis pour tou·te·s. Comment ? Grâce à une mobilisation massive des étudiant·e·s via des pétitions, les réseaux sociaux et des manifestations tout au long du mois de janvier. Non seulement nous l’avons obtenu mais nous avons été les seuls à nous mobiliser et à voter contre sa suppression pour les non-boursier·e·s. Ce vote s’est joué dans le conseil pour lequel on vote du 6 au 10 décembre 2021 : c’est vraiment une élection importante !

Donc, du 6 au 10 décembre, sur le site Mes services étudiants, là où l’on fait sa demande de bourse et ou on paye sa CVEC, je vous appelle à voter pour l’UNEF pour exiger une allocation d’autonomie et surtout avoir des élu·e·s efficaces qui vont se battre pour nos droits étudiant·e·s durant ces deux prochaines années.

Audrey Pavageau,
Présidente UNEF Nantes

Retrouvez le podcast du débat public organisé par le CROUS au sujet des élections.

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #CAMPUS LRSY
#Les commentaires sont clos