Some kind of heaven est un film documentaire réalisé par Lance Oppenheim. Il a choisi de s’intéresser à une communauté bien particulière, et pas n’importe laquelle, la plus grande communauté de retraités au monde, dans le village « The Villages », à Floride. 

Une communauté hors norme 

Aujourd’hui, plus de 130 000 personnes y vivent. Si cette communauté a su attirer autant de retraités ces dernières années, c’est notamment grâce aux innombrables clubs et activités qui viennent rythmer le quotidien de ces personnages âgées. Oui, à 65 ans, il est possible de pratiquer de la natation synchronisée, d’aller en boîte de nuit, ou de suivre des cours de conduite de voiturette de golf, comme le montrent les premières images du film.

Le choix des personnages 

Le film suit la vie de 4 résidents de The Villages, qui ne se sentent pas à leur place dans le cadre pourtant idyllique de ce que l’on appelle le « Disneyland pour personnes âgées ». Le personnage d’Anne Kincer retient particulièrement notre attention. Elle aimerait vivre ce rêve, dans lequel tout le monde semble s’épanouir, mais le comportement de son mari, adepte de la marijuana et de la méditation, l’en empêche.

Un cadre idyllique 

Le fondateur de The Villages, Harold Schwartz, a pensé aux moindres détails lors de sa construction, en choisissant de recréer un lieu qui rappellerait l’enfance des résidents. Le réalisateur, Lance Oppenheim, a su sublimer le lieu grâce à l’esthétique des plans, et à son travail de cadrage. Les nombreux couchers de soleil tout au long du film dégagent une atmosphère apaisante, qui plonge le spectateur dans l’ambiance feutrée de The Villages.

Testaert Flora

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #Programmation
#Les commentaires sont clos