“Bienvenue à Zombieland” :  un film qui a du mordant

Vous attendiez la suite de “Bienvenue à Zombieland” depuis 10 ans ? Eh bien vous pourrez voir en avant première “Retour à Zombieland” vendredi et samedi au Manège. Mais avant de découvrir ce deuxième opus, voici une petite recension du premier film pour vous faire remonter des souvenirs… ou vous mettre à niveau.

Bienvenue à Zombieland est le premier long-métrage de l’Américain Ruben Fleischer, sorti en novembre 2009. Bien qu’il ne soit pas un inconditionnel du genre, son film fut un grand succès.

À cause de la mutation du virus de la vache folle, une grande partie de la population a perdu son humanité en devenant des zombies. Mais ce n’est pas le cas de Columbus, un garçon un peu froussard mais très prudent, ce qui lui vaut de sauver sa vie plusieurs fois. Celui-ci va rencontrer Tallahassee, un homme très expérimenté dans la chasse aux zombies qui recherche désespérément dans tout le pays un paquet de son gâteau préféré. Dans leurs aventures semées d’obstacles, ils vont faire la rencontre de Wichita et Little Rock, deux femmes qui sont prêtes à tout pour survivre.

Cette comédie aux traits horrifiques reprend de nombreux codes rebattus de tous les films de zombies qui ont pu lui précéder, mais dans une très bonne réalisation. Les zombies ont beau être dégoûtants au possible, ils restent des personnages drôles et déterminés à tuer nos quatre protagonistes. Ces derniers étant attachants notamment grâce à leur complémentarité dans les épreuves qu’ils doivent affronter. Chacun garde de la distance envers les autres et c’est pourquoi ils portent le nom de leur destination finale (Columbus, Tallahassee, etc. sont des villes des USA) : un choix effectué pour ne pas s’attacher aux autres en cas d’attaque de zombies, et particularité qui rend donc chaque personnage mystérieux.

Ce film de divertissement sans prise de tête est un réel bonheur pour les inconditionnels des zombies, comme pour les novices. Les gags burlesques se mêlent aux scènes d’attaques de zombies pour nous faire rire mais aussi sursauter. Bienvenue à Zombieland ne fixe aucune limite. On est donc facilement transporté avec les personnages dans ce road-trip horrifique. On en redemandait encore et encore ! Un retour à Zombieland s’imposait en effet ! On verra ces vendredi et samedi au Manège si les 10 ans d’attente pour que les scénaristes se remettent au travail… valaient la peine.

Clémence Rabin

Le deuxième opus, Retour à Zombieland, sera présenté vendredi 18 octobre à 21 heures au Manège ainsi que samedi 19 à 11 h 30 au Manège en avant-première française.

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #FIF EDITIONS PASSÉES
#Les commentaires sont clos