En rentrant dans la salle du Concorde, mercredi à 18h15, je pensais voir un film historique retraçant les causes et les conséquences de la Révolution des Oeillets au Portugal, vues  par une équipe de reporters de la radio suisse. Je n’avais pas vu de bande annonce ou d’extrait mais seulement lu le descriptif paru dans le programme du Festival International du Film … Début de la projection. L’équipe de reporters est envoyée au Portugal et je m’attends toujours à une histoire de révolution avec des affrontements, du sang, des blessés et pourquoi pas même … des morts !

Et bien non. Finalement les reporters suisses ne passeront qu’une courte nuit au coeur de la révolution qui touche le pays pour faire tomber la dictature de Salazar. De plus, dans le film, la Révolution des Oeillets n’est présentée que sous l’angle d’une grande fête où l’on danse et où l’on s’amuse. Peu d’anecdotes donc sur cette date historique. Ma déception vient du fait que je pensais avoir de réelles explications et des détails sur la Révolution des Oeillets. Pour les aspects historiques j’irai consulter Wikipédia ou un documentaire sur la Révolution des Oeillets mais Les Grandes Ondes (à l’ouest) reste tout de même une comédie enjouée remplie de péripéties, d’où l’on ressort avec le sourire.

Enora Moal

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #FIF EDITIONS PASSÉES
#Les commentaires sont clos