Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous asseoir dans ce fauteuil ? C’est la question que nous nous sommes posée. Avant/Après : la rubrique où l’on compare ce que l’on a imaginé d’un film à partir du résumé, avec ce que l’on a vu…

Zoom aujourd’hui sur Le photographe, un film de Ritesh Batra. Avant d’aller voir ce film, j’imaginais un film centré sur une romance entre deux personnes de milieux sociaux différents, le photographe d’un milieu assez pauvre tandis que le personnage féminin d’un milieu assez aisé. Je pensais aussi que la photographie serait la passion qui les réunirait. Je m’attendais donc à un film dépaysant où le réalisateur nous montrerait un portrait de l’Inde et de sa culture au travers d’une romance qui doit rester cachée pour éviter les jugements.

Après avoir vu le film, je me rends compte que je me suis plutôt trompée. Les personnages se rencontrent bien grâce à la photographie, mais ceux-ci ne se lancent pas dans une relation amoureuse à proprement parler. En effet, la grand-mère de Rafi le pousse à se marier — et pour qu’elle arrête de le questionner sur ce sujet Rafi s’invente une relation avec une jeune femme qu’il a rencontré lors de son travail. Avant de voir le film, je comptais découvrir l’Inde au travers de plans sur les paysages, mais ceux-ci sont inexistants. En revanche nous sommes plongés dans la situation sociale de l’Inde actuelle, avec les différences de milieu social. La réalisation et les plans du film sont très bien menés or l’histoire ne m’a pas conquise. Je m’attendais à des scènes qui ne sont jamais arrivées.

Clémence Rabin

Un autre avis ? > C’est ici
Vous aurez l’occasion de voir ce film pour la dernière fois ce vendredi 18 octobre à 18 h 15 au Manège.

 

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #FIF EDITIONS PASSÉES
#Les commentaires sont clos