Un conseil lecture par Manon Paillaud sous 2 formes de sa création : un pitch et une 4e de couverture : “La vie devant soi”, d’Émile Ajar (Romain Gary), Mercure de France, 1975 (*).

Façon pitch :
C’est l’histoire d’un jeune adolescent dans le Paris des années 70, vivant, pour se protéger de l’assistance publique, chez une ancienne prostituée qui a connu Auschwitz. Il va accompagner cette vieille femme malade, qu’il considère comme sa mère, jusqu’à la fin de ses jours.

Façon 4e de couverture :
Dans le Paris des années 70, quartier de Belleville, un jeune garçon d’une dizaine d’années, d’origine arabe, nous raconte son quotidien. Momo, comme tout le monde l’appelle, vit chez une ancienne prostituée, Madame Rosa, qui prend en charge des enfants de prostituées pour qu’ils ne soient pas envoyés au service de protection de l’enfance. Ce gamin, au langage atypique et familier, considère cette vieille femme malade chez qui il réside comme sa mère. Au fil de cette histoire, Momo va accompagner Madame Rosa, encore hantée par les stigmates psychologiques d’Auschwitz, jusqu’à la fin de ses jours. De plus en plus malade, elle refuse de se faire soigner et d’abandonner ces jeunes enfants déjà délaissés une fois. Un deuxième prix Goncourt pour Romain Gary avec ce roman à la fois drôle et bouleversant et au succès critique plus que mérité.

(*) Date de la première édition (existe en poche).

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #LIVRES / LITTERATURE
#Les commentaires sont clos