Au festival international du film de la Roche-sur-Yon, c’est le travail de 63 réalisateurs et 23 réalisatrices qui est présenté, soit environ 30 % de femmes et 70 % d’hommes. C’est une belle illustration du problème paritaire dans le monde du cinéma.

Le monde du cinéma est toujours sujet aux inégalités entre les hommes et les femmes. D’après une étude du CNC (Centre National du Cinéma et de l’image animée), entre 2006 et 2017 seulement 20,31 % des films agréés par le CNC ont été réalisés par des femmes. Même si sur cette période ce nombre a augmenté de 60 %, l’écart reste encore trop élevé.

Lors de la quinzaine des réalisateurs 2019, interpellé par le collectif 5050 qui milite pour l’égalité hommes-femmes dans le cinéma, Paolo Moretti a déclaré : « C’est une erreur de chercher la parité à tout prix et de la demander à un festival, qui n’est que la partie la plus visible d’une industrie. »
Mais cette inégalité ne s’arrête pas là et se reflète aussi sur les salaires. Ainsi, les femmes réalisatrices touchent en moyenne, en terme de salaire horaire, 42 % de moins que leurs homologues masculins.
Et en effet lorsque que l’on regarde dans la partie la moins visible, cette différence de salaire concerne l’ensemble des métiers du cinéma. Par exemple, toujours selon la même étude du CNC, les coiffeuses touchent 19,6 % de moins par heure que les coiffeurs et les chargées de production 38 % de moins que leurs collègues masculins.
Une constatation s’impose aussi : le monde du cinéma est globalement masculin. Les hommes sont majoritaires, que ce soit chez les preneurs de son, constructeurs de décor, accessoiristes, photographes, machinistes, et j’en passe.

Mais ne désespérons pas : il existe des solutions. En 2015, la « déclaration pour l’égalité hommes-femmes dans le cinéma européen » (disponible en .pdf) a été rédigée lors du Festival du Film de Sarajevo. Suite à l’affaire Weinstein, le collectif 5050 s’est constitué pour défendre le droit des femmes dans le monde du cinéma.

Pour en revenir au Festival International du Film de la Roche-sur-Yon, lors des rencontres avec le public, les femmes sont mises à l’honneur avec notamment la présence des actrices et comédiennes Adèle Haenel, Bulle Ogier, Karin Viard, Alice Isaaz, et des réalisatrices Elena Lopez Riera, Lucie Borleteau, et Anne Emond. De plus, on compte 3 femmes parmi les 6 jurés du festival pour la compétition Nouvelles Vagues et la compétition internationale : la parité est ici parfaitement respectée.

Clément Baudon.

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #FIF EDITIONS PASSÉES
#Les commentaires sont clos