Infiltrés dans la vie d’une famille apparemment paisible, deux jeunes gens troublent le réel. I See You mêle les codes de l’horreur, le thriller, l’enquête policière, et le drame domestique.

Pénétrer dans une maison et vivre parmi ses occupants à leur insu, sans se faire repérer, c’est la passion de Mindy. Entre le squat invisible et l’infiltration sans bruits ni ombres. Cette pratique a un nom : le phrogging. L’arrivée de Mindy dans le quotidien d’une famille d’apparence parfaite va brusquement chambouler leur quotidien. D’autant que l’adolescente s’est adjointe un comparse, Alec, qui a souhaiter l’accompagner. Mais des événements imprévus troublent vite les plans de la jeune fille. Cet Alec a l’air déterminé à faire vivre l’enfer à la famille. Il va se jouer d’elle et lui faire vivre des scènes traumatisantes. Le seul but d’Alec, c’est de se venger du père, coupable de plusieurs enlèvements. Dans cette ville paisible, la disparition d’enfants et des faits de pédophilie donnent la trame de l’enquête policière qui vire au film d’horreur, où rien n’est vraiment comme on le croit. Réalisé par Adam Randall, I see you a été diffusé ce jeudi au Cyel. Mystérieux et surprenant, le thriller réussit à nous plonger dans une atmosphère pleine de suspens, de rebondissements sans ménager les retours dans le passé. Entre kidnapping, meurtres et intrusion, rien ne se passe comme prévu. Les spectateurs aimant les sensations fortes ne peuvent qu’être conquis. L’ambiance est étrange et sombre, à l’image du thriller. Nous sommes tenus en haleine dans l’histoire qu’on n’attend qu’une seule chose : le dénouement. Si vous êtes convaincus et souhaitez en savoir plus, une dernière projection se tiendra le samedi 19 octobre à 16h30 au Cyel.

Barbara Spada.

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #FIF EDITIONS PASSÉES
#Les commentaires sont clos